Une belle peau en été grâce aux huiles alimentaires

Une belle peau en été ? C’est un teint parfait, une peau souple et lumineuse et donc bien hydratée. Parce qu’une hydratation optimale passe par « l’intérieur », le choix des huiles dans votre cuisine doit être judicieux. 

Les nutriments nourriciers pour la peau sont des acides gras essentiels oméga-3 qui garantissent la souplesse des membranes cellulaires. L'apport quotidien en lipides dans un régime équilibré doit être compris aux alentours de 30 % de l'apport énergétique global. Outre l’apport énergétique, les acides gras spécifiques des huiles sont déterminants pour la qualité des échanges cellulaires, et la souplesse des membranes cellulaires de la peau comme de tous les tissus de l’organisme.

 

Les acides gras : sous-unités des matières grasses

Les lipides de l'alimentation sont constitués de sous-parties, appelées acides gras. On distingue les acides gras saturés et les gras insaturés. 

-    Les acides gras saturés ne présentent pas de caractère essentiel et, au contraire, il convient d’en limiter leur consommation car ils contribuent à élever le mauvais cholestérol dans le sang, et par là même ils augmentent le risque de maladies cardiovasculaires. Ils sont surtout présents dans les graisses animales. 
-    Le principal représentant du groupe « monoinsaturé » est l’acide oléique, essentiellement présent dans l’huile d’olive et l’huile de colza, il exerce des effets bénéfiques sur le cholestérol sanguin. 
-    Les acides gras polyinsaturés agissent favorablement sur le cholestérol sanguin. Ils sont regroupés en différentes familles appelées omega. Il existe ainsi :

  • Les acides gras omega-6, dont l’acide linoléique est le chef de file. Il est qualifié d’essentiel parce que l’organisme ne sait pas le synthétiser. Il peut être transformé en d’autres acides gras de la série omega-6, utiles à l’organisme (comme l’acide arachidonique).
  • Les acides gras omega-3 parmi lesquels l’acide α-linolénique dont la couverture ne peut être assurée que par l’alimentation. À partir l’acide α-linolénique, l’organisme est capable de produire d’autres acides gras plus longs et encore plus insaturés, comme l’EPA ou le DHA existant naturellement dans la chair des poissons gras. Ces acides gras omega-3 jouent un rôle très important pour lutter contre l’inflammation. Ils sont en outre l’un des composants majeurs des membranes cellulaires, assurant un rôle fonctionnel dans la constitution des récepteurs hormonaux.

 

Une question d’équilibre

Il est fondamental de bien équilibrer le rapport omega-6/omega-3 dans l’alimentation (autour de 5). Car une alimentation trop riche en omega-6 génère des problèmes inflammatoires et immunitaires qui favorisent le vieillissement et les rides. 
La consommation quotidien d’omega-3 doit être optimisée avec :
1- des noix, des graines de lin et de sésame, et des salades de mâche ou de pourpier 
2- des huiles de colza, noix, et de graines mélangées contenant du colza
3- des poissons gras : saumon, flétan, maquereau, hareng, sardine, anchois…

Tous riches en acide α-linolénique et en EPA, DHA pour les poissons.


Choisissez les meilleures huiles selon vos recettes 

On appelle “huile vierge” une huile obtenue uniquement par un procédé mécanique, sans subir de raffinage : c’est l’huile première pression à froid. La mention « huile vierge » est un gage de qualité, car l’huile ne subit pas d’altération par le chauffage. Exigez cette mention « première pression à froid » tout particulièrement pour les huiles d’olive, de sésame, de colza, de noix et d’argan.

Olive
Elle est l’huile noble, méditerranéenne, championne pour sa teneur en acide gras oléique si bénéfique pour le cholestérol sanguin. Elle contient en outre des polyphénols et des stérols antioxydants puissants qui protègent du vieillissement. Elle peut être utilisée aussi bien en assaisonnement, qu’en huile de cuisson à la poêle. La qualité de l’huile d’olive vierge dépend de son acidité et de ses caractéristiques organoleptiques : goût, odeur et couleur. Et c’est pour cela que vous la choisirez pour vos salades.

Colza
Elle est la meilleure source naturelle d’omega-3 (α-linolénique), et, riche en vitamine E, elle contribue au bon fonctionnement de l’organisme : avec seulement 2 cuillères à soupe d’huile de colza, on couvre 90 % de ses besoins journaliers en omega-3. De goût neutre, elle respecte la saveur des aliments. Idéale pour préparer des assaisonnements, elle est également appréciée pour les marinades de poissons, de viandes et de légumes. Mais, à cause de la fragilité des omega-3 à la chaleur, elle n’est pas recommandée pour les cuissons.

Noix
C’est l’une des huiles de fruits oléagineux parmi les plus consommées en France, avec la noisette. On la classe dans les huiles à goût. Elle contient des acides gras essentiels omega-3 en grande quantité.

Sésame 
Elle est la plus asiatique, et, avec son petit goût de noisette, assez équilibrée, à la fois riche en omega-3 et omega-6, elle peut servir en cuisson comme en assaisonnement. L’huile végétale de sésame présente des propriétés nourrissantes et anti-radicalaires, régénératrice de l’épiderme et du derme aidant à lutter contre le vieillissement cutané. 

Argan
C’est l’huile de beauté des Marocaines. Riche en acides gras monoinsaturés, en omega-6 et omega-3 ; elle est consommée et utilisée en massage pour ses effets nourrissants, apaisants et régénérants sur la peau. Elle présente un goût caractéristique et est appréciée pour assaisonner les salades, bien qu’elle puisse également supporter les cuissons hautes températures.

Tournesol
L'huile de tournesol a eu son heure de gloire, et est aussi bien utilisée pour les assaisonnements, que pour la cuisson et les fritures. Elle contient l'acide gras polyinsaturé omega-6 linoléique en quantité importante, mais trop peu d’acides gras omega-3 (α-linolénique). Naturellement très riche en vitamine E, dans sa forme la plus biologiquement active. Mais elle garde un effet pro-inflammatoire qui interdit son utilisation exclusive.

Soja
L’huile de soja est très riche en acides gras polyinsaturés, et notamment en acide gras omega-3 (α-linolénique). Les acides gras polyinsaturés étant instables à la chaleur, l’huile de soja est seulement recommandée pour les assaisonnements.

L’intérêt des huiles de graines mélangées
On constate que certaines huiles apportent de bons acides gras et de la vitamine E, mais ne peuvent pas être chauffées, et que d’autres sont excellentes pour les cuissons mais sans grand intérêt d’apport en omega-3. C’est pourquoi les huiles alliant 4 graines complémentaires (tournesol, olive, colza, pépins de raisins) réunissent tous les avantages, aussi bien utilisées en assaisonnement qu’en cuisson.